J’aime mes enfants mais je n’en peux plus. J’ai l’impression d’être en burn out parental.

Loin de l’image idéale transmise par les médias, séries ou films, la réalité de la gestion du rôle parental est complexe. Devenir parent implique d’être confronté à un nombre important de stresseurs et pas seulement des joies.

La société actuelle transmet tout un tas d’informations sur comment être un bon parent via la parentalité positive ainsi que sur les risques néfastes associés aux mauvais comportements parentaux (ex : syndrome du bébé secoué). Être un parent implique d’agir pour le bien de son enfant mais sans se perdre en tant qu’individu (travail, couple, loisirs) et parfois malheureusement devoir confronter ses souhaits à la réalité. Je dois parfois revoir mes centres d’intérêts, mon temps, mes objectifs et mon organisation pour trouver un rythme et une gestion acceptable. Malheureusement, parfois on dépasse la limite du supportable sans s’en apercevoir, progressivement et on ne le remarque qu’une fois au « bord du gouffre » ou plus loin. Le terme est encore tabou et pourtant de nombreux parents en sont victimes, tant les « jeunes parents » que les parents avec des adolescents, tant les hommes que les femmes, tant les parents monoparentaux que les couples, tant les familles avec un niveau socioculturel élevé que faible. Néanmoins des facteurs contribuent à l’amplifier. Par exemple, je suis un parent monoparental perfectionniste, touchant un faible revenu, vivant dans un logement étroit et n’ayant aucun proche pour me soutenir tant moralement que via des temps de répit pour garder ou s’occuper de mon/mes enfant/s alors je dispose de moins de temps, me sens plus souvent dépassé, n’ai pas suffisamment d’espace ni de temps pour souffler.

Comment savoir si je suis en burn out parental ?

Le burn out parental survient quand il y a un déséquilibre entre les stresseurs et les ressources au niveau du rôle parental. Chaque burn out parental a son histoire et son vécu, chaque parent en burn out parental a ses propres stresseurs et ses propres ressources. Si je me sens épuisé, si je me distancie de mes enfants (ex : faire plus d’heures de travail pour ne pas rentrer à la maison), si je n’éprouve plus de plaisir à être avec mes enfants et si j’ai l’impression d’être tout à fait différent du parent que j’étais antérieurement alors il est fort probable que je vive un burn out parental (contraste avant/après).

Comment faire pour m’en sortir ?

En thérapie, selon les rencontres, la démarche vise à vous aider à visualiser vos stresseurs et vos ressources dans le rôle parental. Quels sont les moments les plus stressants, y a-t-il des régularités difficiles à vivre (ex : le moment du bain avec un enfant en bas âge, le moment des devoirs avec le plus grand…). Quels sont les ressources à votre disposition tant au niveau de l’espace, des outils et des personnes autour. Il ne faut pas aller pas trop vite vers le/la conjoint/e car transférer toutes les responsabilités vers le/la partenaire risque d’entrainer un burn out chez l’autre également. L’objectif est de vous aider ensemble à retrouver un rythme convenable, pas parfait, mais convenable. Vous aider à reprendre confiance en vous dans votre rôle de parent et vous aider à retrouver du plaisir dans vos échanges avec vos enfants.

C. Grandhomme, Psychologue, Neuropsychologue.

Votre santé et votre bien être sont importants, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec un.e de nos spécialistes si vous en éprouvez le besoin.

 

Recent Posts
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!